04/10/2005

Funambule somnombule

Les yeux fatigués, je me plaît à les fermer
Pour, sur mon fil, continuer à marcher
Ne sentant plus le vide sous mes pieds
A peine consciente que je peux tomber

Funambule parmi tant
Loin au-dessus des gens
Echappée de son temps
Marchant au gré du vent

Chaque jour où je m’échappe je me dis
Que nous sommes tous perdus dans la nuit
Notre Moi profond enfermé dans l’oubli
Celui où nous rattrape nos vies

Somnambule parmi tant
Rendue sourde par les gens
Aveugle par le temps
Se laissant guider par le vent

Désirs profonds noyés dans l’ignorance
Rêves de toujours en instance
Choix quotidiens comblant l’absence
Vie incomplète, en transparence

Déambule parmi tant
Regarde tous les gens
Vis dans ton temps
Espère avec le vent

13:28 Écrit par Alkiragaiia | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.